Le Caucus

L’impro dans les grandes lignes…

Toutes les cartes en main

Posted by Yvan_R sur 27 août 2008

[eng]

Why are we so cruel with ourselves when it comes to analysing an improv show?

[fra]

Pratiquement tous les dimanches, ma douce et moi allons jouer aux cartes chez mes parents. Nous jouons au jass, aussi appelé chibre, un jeu proche de la belote qui se joue à 36 cartes, avec des atouts, des annonces, des points et un gagnant à la fin.

Je vous apprendrai à jouer si vous me demandez poliment.

Même s’il est régi en grande partie par le facteur chance, le jass reste un jeu profondément stratégique: l’observation du jeu, des feintes et du comportement des adversaires sont des éléments indispensables pour faire un bon joueur. Je joue normalement avec mon père, un joueur aguerri qui a pourtant une fâcheuse habitude.

Il refait la partie.

Refaire la partie, c’est discuter au terme de celle-ci pour voir quels coups auraient pu être joués pour engranger plus de points; c’est digresser sur le passé, sur ce qui aurait dû être fait. En théorie, c’est très positif: on cherche à comprendre la mécanique du jeu pour progresser. En pratique, on en vient souvent à faire des calculs sur des données que le joueur n’avait pas au moment de jouer. Ce qui ne sert absolument à rien.

And now, ladies & gentlemen, je vous prie d’accueillir le lien avec l’impro!

Quand vous finissez un spectacle d’impro, vous avez envie de parler: « c’était bien, hein? / oups, la confusion en deuxième partie! / bon sang, j’ai dû ramer, dans la scène du dentiste – ça n’avançait pas – on aurait dû tilter sur un divorce – on aurait dû introduire un nouveau personnage – on aurait dû – on aurait dû – on aurait dû ».

En parlant, vous faites forcément un peu d’analyse du spectacle, vous parler a posteriori, vous refaites la partie. Alors ce que j’ai envie de vous demander (et je suis le premier concerné), c’est d’avoir une certaine hygiène d’analyse, d’être juste avec vous-même. Au coeur du spectacle, on n’a jamais la même analyse qu’à la fin de la soirée; au coeur du spectacle, on n’avait pas toutes les cartes en main.

Le précédent débat sur le match d’impro faisait ressortir cette tâche funambulesque de vouloir analyser l’improvisation théâtrale, donner des conseils, ébaucher des principes. Certes, les théories sont difficiles à formuler. Mais elles sont là pour nous faire progresser. Et lorsqu’elle ne refont pas la partie, les réflexions sur l’impro nous rapprochent toujours plus de la compréhension du mystère. Du mystère de la création.

Si vous comprenez pourquoi une impro n’a pas fonctionné, vous accueillez l’expérience.

Si vous cherchez à savoir comment une impro aurait pu fonctionner, vous accueillez la frustration.

Publicités

Une Réponse to “Toutes les cartes en main”

  1. Lily said

    Merci Finpoil pour ta pertinence et ta philosophie toujours de mise.

    Ces deux dernières phrases je les garde dans ma poche pour l’impro et les moments de la vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :