Le Caucus

L’impro dans les grandes lignes…

Archive for 24 novembre 2008

Accrochez-vous à vos principes!

Posted by Aurélie Delahaye sur 24 novembre 2008

[eng]

Improv is made of lots of principles. When you’re on stage, catch on to the one that drives you, it should be your goal. Do you want a clue? It could be a principle that drives you in the « real life ».

[fra]

J’ai pris conscience d’une chose (je le savais déjà un peu, mais cette fois j’en suis sûre, et j’ai compris que c’était important) : en improvisation, je suis bonne quand je sens que les autres ne le sont pas, ou le sont moins. Il y a quelques années, lors de matchs étudiants, j’avais réussi à me faire remarquer lorsque mon équipe était essentiellement constituée d’improvisateurs encore plus débutants que moi (ou qui avaient moins progressé en tout cas). Et cette année, je viens d’intégrer un cours de théâtre, nous y faisons des exercices d’improvisation que personne ne connaît, car personne n’a jamais fait d’improvisation, et je me surprends à ne faire que de bonnes scènes. Mon partenaire est content, ma prof est impressionnée, je suis fière, les spectateurs ont l’air de prendre du plaisir… Zuper ! Pourtant, lorsque je suis avec ma troupe, qui n’est pas débutante, il m’arrive moins souvent de faire de si bonnes choses. Donc, j’ai réfléchi à tout cela, et j’ai compris quelque chose : sur scène, il faut s’accrocher au principe qui nous meut et en faire son objectif.

Je reprends. Si je suis meilleure en présence de débutants, c’est parce que :

  • Je sais que mon partenaire va être dans l’embarras car il ne sait pas vraiment improviser. Or, j’aimerais bien qu’il se sente bien, donc je vais lui rendre la tâche plus facile et l’aider, afin qu’il s’impressionne lui-même en faisant une bonne scène.
  • Je pense au public : si je le laisse face à cet improvisateur, il risque de s’ennuyer. Or, j’aimerais bien le combler!

Si on résume, je souhaite « make my partner look good » (= faire briller mon partenaire, principe Johnstonien), et je souhaite apporter à la scène. Une fois que j’ai ça en tête, je ne sais pas pourquoi, mais je n’ai plus peur et je prends des risques. Je ne me juge pas, je n’ai pas le temps puisque je suis concentrée sur cet objectif, et le reste vient. Bien sûr, tout ne viendrait pas si je ne connaissais pas l’impro, je me suis entraînée et m’entraîne aux principes et aux mécanismes de l’impro. Mais vous avouerez qu’on a beau s’y entraîner, les appliquer sur scène est une autre histoire.

Alors pourquoi, lorsque je suis avec des improvisateurs que je considère comme bons, je n’arrive pas à cela? Parce que les principes de « servir la scène » et de « faire briller mon partenaire » ne me viennent pas de suite à l’esprit. Non, parce qu’a priori, il n’y a pas de besoin urgent. Alors je suis occupée à servir d’autres objectifs. Je me dis: « oh la la, il faut que j’accepte, que je construise, que je prenne des risques, que je ne fasse pas de confusion, que je ne retarde pas le jeu, que j’écoute que j’écoute, que je retienne, que j’avance… ». Je me mets un peu la pression, c’est ça. Je me dis qu’il faut que mes partenaires et le public me trouvent à la hauteur. Et ça ne marche pas du tout. Certains improvisateurs ont comme leitmotiv « je veux que les gens m’aiment », qu’on peut (si on veut) rapprocher de ce que Johnstone dit : « faîtes en sorte que le public aie envie de vous mettre dans son lit à la fin de la représentation », et ça leur réussit très bien. Si moi, Lily, je suis ce conseil, je cours à la catastrophe! Même si au final, j’ai aussi envie que le public m’aime, il faut juste que ça ne soit pas mon but, parce qu’il ne m’aide pas à avancer.

Ma conclusion donc, c’est que maintenant, au lieu de penser aux 10 000 principes de l’impro, et au lieu de me fixer des objectifs qui ne m’aident pas, avant d’entrer sur scène je vais me concentrer sur les principes qui me meuvent et m’aident à être spontanée et meilleure. Même dans les moments où je suis avec des improvisateurs que je trouve bons. « Sers ton partenaire et sers la scène » sera ma nouvelle devise, quoi qu’il arrive. Après tout, ça n’est pas parce que les autres sont bons qu’ils n’ont pas besoin de moi. Et je vous invite à en faire autant. Non, pas avec les mêmes principes (et d’ailleurs votre objectif peut ne pas être un principe d’impro, mais j’ai le sentiment que si ça l’est, c’est encore plus fort). Trouvez votre devise. Si vous voulez un indice, sachez qu’elle n’est pas difficile à trouver si vous regardez un peu du côté de votre vraie vie. La réponse y est (j’aurais dû m’en douter!).

Publicités

Posted in enseignement, technique | Tagué: , , , , , , | 7 Comments »