Le Caucus

L’impro dans les grandes lignes…

Un exercice sous la loupe: énumérer l’alphabet

Posted by Yvan_R sur 16 mars 2009

[eng]

Finpoil investigates a « listening exercise » which may not be what it claims to be.

[fra]

Vous connaissez probablement cet exercice:

Les improvisateurs se répartissent dans l’espace de jeu; sans ordre prédéterminé, sans mise au point préalable, le groupe doit énumérer l’alphabet dans l’ordre, un individu après l’autre, sans que deux personnes ne parlent en même temps. Un participant ne peut pas dire plusieurs lettres. À chaque erreur, le jeu recommence à la lettre A.

S’ensuit un jeu frustrant, puisque le groupe doit s’efforcer de ne pas vouloir parler en même temps, obéissant à des règles invisibles et un « rythme » absent. Le jeu comporte une infinité de variantes: l’alphabet peut être remplacé par un décompte numérique (de 1 à 20, de 1 à 100); les participants doivent parfois fermer les yeux / marcher dans la salle / rester figé dans une position arbitraire. Le jeu existe aussi sous forme physique, où les participants, réunis en rond, doivent traverser le cercle dans des configurations imposées, mais jamais pré-réglées: d’abord 1 individu, puis 2, puis 3, puis n, puis 3, 2… 1, vous avez compris le truc.

Oreille en coupeJ’ai utilisé ce genre d’exercices pendant longtemps, avant de me rendre compte qu’il était plus frustrant qu’utile pour un groupe. D’ordinaire, les entraîneurs pensent que ce jeu travaille l’écoute et l’esprit d’équipe; mais où est l’écoute, je vous le demande, si les participants n’ont pas le droit de se faire des appels du pied? Où est l’écoute si personne ne communique rien? Et où est le travail d’équipe, si le groupe devient frustré après une vingtaine d’essais infructueux?

En outre, cet exercice semble avoir plus de succès avec des débutants introvertis qu’avec des improvisateurs aguerris: le secret de l’exercice, c’est de ralentir le rythme du groupe et d’accepter de se taire complètement (ce qui n’est peut-être pas tout à fait un but recherché en impro). On m’a dit: les groupes qui échouent à cet exercice ne fonctionnent pas harmonieusement. J’ai répondu (sans mauvaise foi, promis juré): ah bon, moi j’ai vu cet exercice réussir avec des groupes qui ne fonctionnaient pas sur scène, et j’ai vu des équipes fabuleuses y échouer lamentablement. Alors? Hein? Ça vous la coupe, ça! Non?

Ou alors.

Ou alors, je me goure prodigieusement, et cet exercice a un but bien au-delà de ce qu’on suppose. Ce jeu serait un « méta-exercice », qui cherche surtout à diagnostiquer le type de fonctionnement de votre groupe. En l’utilisant avec plusieurs groupes, j’ai pu constater que l’exercice révélait surtout la « vitesse » du groupe et la capacité de ses membres à faire la place à d’autres: ainsi, les groupes qui sont tendus et qui veulent absolument « réussir » les choses vont probablement échouer au jeu en allant trop vite, alors que les groupes plus « lents », plus posés (moins punchy?) auront plus de chances de réussir.

Testez ce jeu avec votre groupe, et revenez ici avec le résultat de vos tentatives!

Sinon, là où je vois une réelle utilité à l’exercice, c’est d’autoriser le groupe à détourner la consigne en se créant tout de même des « signes d’appel » pour régler l’ordre d’énumération. J’ai eu la chance d’explorer cette dimension avec un groupe, où nous avons fini par indiquer d’un signe de la main à qui était la parole: le groupe était enthousiasme de se trouver avec toutes les mains en tas, au centre du cercle. Un réel esprit d’équipe nous animait.

Mais si tel est le but avoué, alors permettez-moi de vous suggérer plutôt quelques exercices d’équipes que je juge plus efficaces: le « freeze spontané », où les participants doivent s’arrêter de marcher tous en même temps, le plus subitement possible; ou alors les histoires en mot-à-mot, à deux ou à trois; ou encore le travail en One Voice, les chansons improvisées, le mimonary…

Et vous, que faites-vous avant un spectacle, pour vous « mettre ensemble »?

Publicités

Une Réponse to “Un exercice sous la loupe: énumérer l’alphabet”

  1. Alain said

    Souvent les joueurs qui prennent trop de place au détriment des autres et du jeu ont du mal à s’identifier comme tel.

    Cet exercice est excellent pour leur permettre de réaliser par eux mêmes qu’ils « bouffent » les autres.

    A la fin de l’exercice version alphabet, demandez au joueur combien de lettres il a placées, puis demandez lui combien nous etions dans le groupe, puis a son avis combien chacun aurait du pouvoir placer de lettres.

    Le joueur auquel je pense avait placé 6 lettres, nous étions 13 dans cet atelier…

    L’interet est de lui faire comprendre par lui même, beaucoup plus pédagogique, plutot que lui expliquer les limites de son enthousiasme.
    Un air goguenard des copains qu’il coupe régulierement n’est pas exclu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :