Le Caucus

L’impro dans les grandes lignes…

Archive for mars 2010

Couper le cordon

Posted by Yvan_R sur 29 mars 2010

« La légitimité, c’est ce qui permet aux peuples et aux individus d’accepter, sans contrainte excessive, l’autorité d’une institution, personnifiée par des hommes et considérée comme porteuse de valeurs partagées. »

(Le dérèglement du monde, Aamin Maalouf, p. 162 chez Grasset)

Ma chère maman-Match,

Je t’appelle maman-Match, parce que tu étais la première pour moi. J’ai fait mes premiers pas dans la patinoire avec toi, maman-Match. Tu m’as accompagné, entre tes catégories protectrices et ton cadre sécurisant, dans mes premières évasions imaginaires. Tu m’as fait goûter aux délices de la spontanéité, du partage et de la rencontre créatrice avec l’Autre. Et d’ailleurs, maman-Match, tu m’as si bien ouvert les yeux qu’il faut que je t’annonce une chose.

J’en aime une autre.

Je sais, maman-Match, je sais. Tu vas dire que je suis tout pour toi. Tu vas dire que tu es tout pour moi. Tu vas dire que tu es la plus solide, que tu es la plus légitime des compagnes, parce que tu était la première. Tu vas me ressortir l’histoire de ta naissance: Gravel et Leduc, tes deux papas, qui t’ont chéri dès ton plus jeune âge, pour te faire ensuite voyager et t’étendre sur tous les continents. Tu vas me montrer tes photos d’enfance, essayer de faire vibrer ma corde nostalgique.

Mais j’ai découvert la vérité, maman-Match.

La vérité, c’est que tu n’étais pas la première.

La vérité, c’est que les Grecs déjà jouaient à improviser des poèmes et des pièces de théâtre; que dans l’Italie de la Renaissance, les comédiens de l’Art jouaient leurs lazzi autour d’un canevas; que Stanislavski et bien d’autres ont utilisé ta discipline d’abord comme processus d’entraînement de l’acteur, mais ensuite comme produit fini. La vérité, et tu le sais bien, c’est qu’on n’invente rien; on ré-découvre, c’est tout. Et donc, que tu n’as pas plus de légitimité qu’un roi descendant d’un autre roi; pas plus de légitimité qu’une religion créée de toutes pièces par la main des hommes, d’autres hommes, d’autres hommes anciens.

La vérité, maman-Match, c’est que tes enfants sont devenus fanatiques. En authentiques ayatollahs, tes descendants ont continué à te maquiller de la même façon, t’habiller de la même façon, te coiffer de la même façon, jusqu’à t’embaumer vivante.

La vérité, c’est que tu es morte, maman-Match. Certes, on te célèbre toujours, maman-Match. Mais on te célèbre à la manière des pharaons égyptiens qu’on préparait pour leur dernier voyage, avec tous leur fatras, leur protocole et leurs hymnes. Pauvre maman-Match, il ne reste de toi plus que cela: du protocole et des hymnes. Les mêmes histoires jouées et rejouées en ton souvenir, pour célébrer encore et encore le jour béni de ta naissance, où Gravel et Leduc avaient encore l’esprit des aventuriers.

Je me rappelle de ce temps où tes enfants jouaient avec sincérité. Où les thèmes étaient traités respectueusement. Où les catégories étaient assumées. Mais tout n’est plus que jeu de surface et parodie de théâtre.

Maman-Match, le moment est venu pour moi de couper le cordon.

Merci pour ce que tu m’as appris.

Adieu.

Un de tes fils, qui t’aime.

Publicités

Posted in le blog | Tagué: , , | 4 Comments »