Le Caucus

L’impro dans les grandes lignes…

Posts Tagged ‘esprit’

Loose Moose et le plaisir de l’improvisation

Posted by Aurélie Delahaye sur 19 avril 2008

[eng]

Loose Moose is the theatre created by Keith Johnstone. Even if it has evolved today (a bit more gags), we can still see his influence on the shows, the classes, and more than that, the spirit of the theatre, which is led by pleasure, confidence, and participation. Loose Moose seems to be a family.

[fra]

Loose Moose est le théâtre d’improvisation fondé par Keith Johnstone qui se trouve à Calgary, au Canada anglophone. Aujourd’hui, Keith n’en fait plus partie, car le théâtre a évolué et qu’il ne s’y reconnaissait plus complètement, et puis parce qu’il avait envie de mener sa vie de gourou de l’impro à travers le monde. Pourquoi ne s’y reconnaissait-il plus? Parce que trop de blagues sur scène, essentiellement, et pas assez d’histoires, à son goût.

Je suis allée à Loose Moose dans la seconde partie de mon voyage à la découverte de l’impro, et j’ai pu constater cette évolution par rapport à la théorie de Keith (que l’on peut retrouver dans ses livres: Impro, Impro for Storytellers, ainsi que dans les ateliers qu’il propose). Les comédiens de Loose Moose, même les plus anciens, parfois formés par lui, se laissent souvent aller au gag, les histoires sont parfois farfelues ou un peu tirées par les cheveux, manquant de construction parce qu’interrompues par quelque chose de rigolo. Mais quand même, on peut y voir cette envie de créer des histoires, et l’effort fait par chacun pour aller dans ce sens. Et cela réussit parfois!

Mais plus que tout cela, voilà ce qui m’a fait adorer Loose Moose, et qui mettait le public en joie: leur énergie, leur synergie et leur plaisir. J’ai pu constater à quel point tout cela contribuait à rendre le public heureux. Leur énergie d’abord, parce qu’à aucun moment les comédiens ne se laissent aller à leur fatigue, ils sont courageux, et même dans les soirs difficiles, ils se donnent.

Leur synergie? Il faut savoir qu’à Loose Moose, quiconque devient bénévole peut ensuite prendre des cours, et se retrouver sur scène, dans les Micetro ou dans les spectacles écrits sur base d’improvisation (le Gorilla étant réservé aux improvisateurs aguerris). C’est donc un vrai challenge que de garder une harmonie dans ce groupe qui évolue souvent. Eh bien, ils l’ont, et sacrément! Comment font-ils? D’abord, ils travaillent ensemble, c’est très participatif: devenir bénévole, c’est vendre des boissons, les tickets d’entrée, nettoyer les escaliers, peindre les décors. A peine arrivée, j’effectuais déjà ces deux dernières tâches. N’importe qui peut se retrouver à le faire, même les plus anciens, pas d’élitisme. Puis il y a la scène: devant, les improvisateurs, et derrière, les « backstages », qui s’occupent des costumes et de l’espace scénique, ce qui les amène à être force de proposition au cours des improvisations. Durant les classes, ils sont tous là, les plus anciens donnent les cours, mais aussi y assistent et participent clairement à la progression des plus jeunes. Idem pour le Micetro sur scène. En dehors du théâtre, ils se retrouvent régulièrement en petits groupes pour boire des verres, et tous les dimanches pour jouer au football. Une véritable communeauté, presque une famille, que l’on sent ouverte et accueillante, et qui, sur scène, se soutient à 100%: pas de bataille de pouvoir entre les improvisateurs, pas de guerre, de la solidarité!

Et le plaisir! Je pense qu’il découle de tout cela, et qu’il peut les amener parfois à trop d’amateurisme, comme lorsque j’ai vu un ami des improvisateurs débarquer sur la scène le soir du Gorilla pour apporter, en retard, les sandwich de deux des comédiens. Folklorique! Mais à ce moment, seuls quelques bénévoles et moi-même sommes restés perplexes, le public, lui, attendait patiemment. Tout ce plaisir, celui d’être improvisateur, celui d’être sur scène, celui d’être un groupe et de pouvoir compter sur les autres, tout ce plaisir est transmissible au public. Complètement, directement, et il rend la salle euphorique. Un bel exemple!

Publicités

Posted in écoles d'impro | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »