Le Caucus

L’impro dans les grandes lignes…

Posts Tagged ‘match d’impro’

Couper le cordon

Posted by Yvan_R sur 29 mars 2010

« La légitimité, c’est ce qui permet aux peuples et aux individus d’accepter, sans contrainte excessive, l’autorité d’une institution, personnifiée par des hommes et considérée comme porteuse de valeurs partagées. »

(Le dérèglement du monde, Aamin Maalouf, p. 162 chez Grasset)

Ma chère maman-Match,

Je t’appelle maman-Match, parce que tu étais la première pour moi. J’ai fait mes premiers pas dans la patinoire avec toi, maman-Match. Tu m’as accompagné, entre tes catégories protectrices et ton cadre sécurisant, dans mes premières évasions imaginaires. Tu m’as fait goûter aux délices de la spontanéité, du partage et de la rencontre créatrice avec l’Autre. Et d’ailleurs, maman-Match, tu m’as si bien ouvert les yeux qu’il faut que je t’annonce une chose.

J’en aime une autre.

Je sais, maman-Match, je sais. Tu vas dire que je suis tout pour toi. Tu vas dire que tu es tout pour moi. Tu vas dire que tu es la plus solide, que tu es la plus légitime des compagnes, parce que tu était la première. Tu vas me ressortir l’histoire de ta naissance: Gravel et Leduc, tes deux papas, qui t’ont chéri dès ton plus jeune âge, pour te faire ensuite voyager et t’étendre sur tous les continents. Tu vas me montrer tes photos d’enfance, essayer de faire vibrer ma corde nostalgique.

Mais j’ai découvert la vérité, maman-Match.

La vérité, c’est que tu n’étais pas la première.

La vérité, c’est que les Grecs déjà jouaient à improviser des poèmes et des pièces de théâtre; que dans l’Italie de la Renaissance, les comédiens de l’Art jouaient leurs lazzi autour d’un canevas; que Stanislavski et bien d’autres ont utilisé ta discipline d’abord comme processus d’entraînement de l’acteur, mais ensuite comme produit fini. La vérité, et tu le sais bien, c’est qu’on n’invente rien; on ré-découvre, c’est tout. Et donc, que tu n’as pas plus de légitimité qu’un roi descendant d’un autre roi; pas plus de légitimité qu’une religion créée de toutes pièces par la main des hommes, d’autres hommes, d’autres hommes anciens.

La vérité, maman-Match, c’est que tes enfants sont devenus fanatiques. En authentiques ayatollahs, tes descendants ont continué à te maquiller de la même façon, t’habiller de la même façon, te coiffer de la même façon, jusqu’à t’embaumer vivante.

La vérité, c’est que tu es morte, maman-Match. Certes, on te célèbre toujours, maman-Match. Mais on te célèbre à la manière des pharaons égyptiens qu’on préparait pour leur dernier voyage, avec tous leur fatras, leur protocole et leurs hymnes. Pauvre maman-Match, il ne reste de toi plus que cela: du protocole et des hymnes. Les mêmes histoires jouées et rejouées en ton souvenir, pour célébrer encore et encore le jour béni de ta naissance, où Gravel et Leduc avaient encore l’esprit des aventuriers.

Je me rappelle de ce temps où tes enfants jouaient avec sincérité. Où les thèmes étaient traités respectueusement. Où les catégories étaient assumées. Mais tout n’est plus que jeu de surface et parodie de théâtre.

Maman-Match, le moment est venu pour moi de couper le cordon.

Merci pour ce que tu m’as appris.

Adieu.

Un de tes fils, qui t’aime.

Posted in le blog | Tagué: , , | 4 Comments »

Jouer avec les règles…

Posted by Ian sur 28 septembre 2008

[eng]

Mischief is a darn good way to make your show better! Especially on competitive formats. Let’s play with the rules!

[fra]

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas fan du match d’impro. Cependant, voici une scène que j’aime beaucoup tirée du match France – Québec à l’occasion du festival Juste Pour Rire 2007.

C’est une mixte, trois minutes, sur proposition du public: « L’affaire Ponton » (Yvan Ponton étant l’arbitre star de la LNI et l’arbitre de ce match), catégorie « A la manière d’un procès ». J’adore cette improvisation car elle permet aux joueurs de jouer avec les règles et les codes du match. Le procès leur permet d’inverser les rôles et dans une sorte de mise en abyme (j’adore cette expression) de manipuler à leur guise le vocabulaire et les gestes normalement propres à l’arbitre. Richard Perret joue avec l’arbitre lui-même en le dévisageant et en se plaçant juste à côté de lui et va même jusqu’à lui prendre son chronomètre et son sifflet. C’est assez jouissif, comme on peut le voir sur les visages du public en arrière plan…

Ce genre de comportement, pour moi, rentre dans ce qu’on peut appeler le « mischief » (en français: espièglerie), un concept fortement mis en valeur dans les théories de Keith Johnstone. En gros, il s’agit de se comporter comme un enfant mal élevé, qui ne respecte pas les règles, qu’on a envie de réprimander, mais dont le sourire au lèvres fait qu’il reste malgré tout adorable. C’est une attitude que le joueur Richard Perret a souvent lorsqu’il monte sur scène, et qui fait de lui un des joueurs les plus appréciés du public (en tout cas, c’était le cas à chaque fois que je l’ai vu sur scène).

Le « mischief » fonctionne mieux sur des formats compétitifs, parce qu’on y trouve des notions d’autorité et de compétition, dont on peut justement se servir pour redynamser le spectacle. Le « mischief » renforce le « heat » (en français: chaleur) d’un spectacle.

Le « heat » est un concept cher à (devinez…) Keith Johnstone qui pour développer le TheaterSports, s’est beaucoup inspiré du catch. Il se demandait pourquoi les catcheurs se tournaient toujours vers le public pour montrer leur douleur. Il avait aussi remarqué que les mamies qui criaient et agitaient leurs sacs prêt du ring (à l’époque en Angleterre) étaient payées pour ça et que les photographes utilisaient d’énormes flashs mais pas de pellicule. En gros, tout était fait pour rendre le spectacle plus « chaud », plus intéressant à regarder.

Pour moi, le « heat » en impro, c’est tout ce qu’on fait en dehors des scènes (et parfois dans les scènes) pour améliorer le spectacle. Et le « mischief » contribue au « heat ».

Le TheaterSports, qui est un format très libre, permet de beaucoup jouer la dessus. Le Match d’Improvisation Théâtrale, beaucoup plus rigide, le permet moins. Je pense que les interactions avec l’arbitre (lors d’explications de fautes par exemple) peuvent être utilisées pour faire monter la tension. Le danger est que les explications deviennent fastidieuses et handicappent le spectacle. Trop de « mischief » tue le « mischief ».

Un autre point à garder à l’esprit si l’on veut que le « mischief » fonctionne est qu’il faut absolument que cela reste « bon efant » ou « good natured » comme dirait Keith Johnstone. Si l’on se prend au sérieux, cela n’aura pour effet que d’énerver tout le monde: les joueurs et le public.

Les Québécois sont des experts du « mischief »: ils se comportent souvent en spectacle comme de petits enfants joyeux. Je me rappelle d’un match LIQ – LIP où l’arbitre (LIP) après une mixte « A la manière d’un conte » avait passé plusieurs minutes à faire la morale aux deux équipes et au public sur ce qu’est un conte et ses 31 fonctions narratives… En signe de défi, les joueurs de la LIQ étaient montés sur scène sur l’improvisation suivante (une comparée) et avaient fait… un autre conte! Le public a adoré ce pied de nez.

Je me rappelle d’un Micetro que j’avais co-dirigé à Toulouse au cours duquel un joueur avait été éliminé (injustement?). Il a passé la soirée à essayer de remonter sur TOUTES les autres scènes et à chaque fois le public EXULTAIT de joie.

Dans la video ci-dessus, on donne en quelque sorte « la permission » aux joueurs de jouer avec les règles du match d’impro, pour le plus grand plaisir du public. Quand je vois des Québécois jouer, lors de matchs en France, je suis toujours frappé par leur énergie, leur bonne humeur, et leur capacité à ne considérer tout ça que pour ce que c’est: un jeu. C’est ce qui les rend si charmants. Faisons comme eux: jouons! Même si, et surtout si, on doit remettre les règles en cause…

Posted in théorie | Tagué: , | 2 Comments »

Une question aux pratiquants du Match d’Improvisation Théâtrale… Ouvrons le dialogue!

Posted by Ian sur 9 août 2008

[eng]

Let’s talk about the Match d’Improvisation and share our best practices

[fra]

En réponse à un commentaire de Nabla posté ici, je souhaite ouvrir le dialogue avec les pratiquants du Match d’Improvisation et récolter vos témoignages. Je pars avec certainement beaucoup de préjugés, mais j’aimerais vraiment ouvrir le dialogue avec les pratiquants du match sur votre pratique et sur votre préparation du format. L’idée qui a émergé dans les commentaires étant que pour améliorer le match, il faut améliorer sa préparation.

J’ai envie de poser la question à tous ceux qui passent sur ce blog: combien d’entre vous s’entraînent vraiment au “format” Match d’Impro? Combien discutent ensemble du pourquoi de chaque élément du match, de son rôle? Le faites-vous régulièrement? En début d’année seulement? J’ai l’impression que beaucoup de troupes s’entraînent aux catégories du match, et font des exercices d’impro pour améliorer leurs qualités générales d’improvisateurs (acceptation, mime, écoute, etc…), mais les troupes d’impro en France préparent-elles réellement le “format” Match d’Impro? Si oui, comment faites-vous? Est-ce que vous en discutez beaucoup? Est-ce que vous avez des exercices particuliers? Est-ce que vous faites des mini-matchs en séance? Est-ce que vous trouvez que c’est suffisant? Est-ce qu’il y a des “stages de match” en France? Comment s’organise l’enseignement du Match d’Impro en France? J’imagine que l’enseignement le plus « officiel » se trouve auprès des ligues “pros”. Pour ceux qui ont suivi les ateliers des ligues “pros” (je pense à la LIFI), est-ce que ces question y sont abordées? Pour ceux qui ont eu la chance de travailler avec Pierre Martineau, ou pour nos amis québécois, même question, comment ces questions sont-elles abordées chez vous?

En gros, je m’adresse à tous les pratiquants du match en France [Edit, suite au commentaire de Finpoil:] et ailleurs:
(1) Comment vous entrainez vous au format?
(2) Quelles sont vos recommandations pour bien le préparer?
(3) Que trouvez-vous qu’il manque dans l’enseignement du format?

Voici les trois principales questions que je souhaite poser. Si vous êtes en mesure de répondre aussi aux questions posées plus haut, n’hésitez pas!

C’est peut-être l’occasion de faire le point sur la filiation du match en France. Depuis son arrivée il y a une vingtaine d’années en France avec des équipes venant du Québec, comment le Match s’est il transmis? Un certain nombre de « ligues professionnelles » se sont formées, mais à un moment, il me semble que le « monde amateur » s’est emparé du format. Tous les témoignages sont les bienvenus.

NB: De très belles vidéos sur l’histoire de la LNI sont disponibles ici, je vous invite à les regarder. De même, on pourra consulter avec profit cet article sur le site de la LIP par Elise Ghienne sur la mémoire de l’improvisation en France.

Posted in écoles d'impro | Tagué: , | 7 Comments »