Le Caucus

L’impro dans les grandes lignes…

Posts Tagged ‘schools of improv’

Parcours de lecture

Posted by Yvan_R sur 14 septembre 2011

Plusieurs élèves m’ont demandé conseil sur « les livres à lire » en matière d’improvisation. J’avais laissé en friche le début de bibliographie du Caucus, mais le voilà augmenté de quelques références (et ça va continuer ces prochaines semaines, promis: je me reposerai quand toute ma bibliothèque d’impro sera commentée sur le site!).

Je propose ici deux itinéraires d’accès à la littérature sur l’improvisation. Quatre ouvrages anglophones, francophone. Là encore, c’est subjectif et c’est voulu. Notez que cette sélection ne représente en aucun cas une sélection des autres auteurs du Caucus.

Pour ceux qui lisent l’anglais:

Impro – Keith Johnstone (pour son côté foisonnant et libérateur, et les questions qu’il soulève en matière de créativité et de pédagogie)

Truth in Comedy – Del Close & Charna Halpern (pour le rapport au produit final – ici, le Harold – et les exercices de connexion de groupe qu’il met en place)

The Ultimate Improv Book – Salinsky & Frances-White (pour l’ouverture d’esprit dont il fait preuve: en donnant la parole à plusieurs maîtres, les auteurs offrent un dialogue intéressant entre Del Close et Keith Johnstone).

Improvise, Scene from the Inside Out – Mick Napier (pour son côté « bâton dans la fourmilière », pour les certitudes qu’il ébranle et les ouvertures qu’il propose)

Pour ceux qui lisent le français

Manuel d’improvisation théâtrale – Christophe Tournier (pour son côté pragmatique et accessible; pour son érudition dans la rétrospective sur les débuts de l’improvisation). À l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai pas encore lu son deuxième ouvrage.

Une école de la création théâtrale – Alain Knapp (comme témoignage émouvant d’une riche démarche dramaturgique; ouvrage malheureusement resté trop discret).

Impro – Gravel & Lavergne (pour son côté mythique (plus édité depuis 1993, il circule seulement par photocopies) et le système très clair qu’il propose).

EDIT: comme évoqué en commentaire, on peut commander l’ouvrage dans des librairies québecoises ou via la LNI.

Il faut craindre l’homme d’un seul livre

Il n’y a pas de bible en improvisation. Il y a des maîtres qui ont laissé des écrits, des disciples qui ont ré-expliqué les écrits des maîtres, des généralistes qui ont tenté d’établir des systèmes. Tout dépend donc de ce que vous voulez lire en premier, et du parcours de lecture que vous allez suivre. Dans la bibliographie, je tenterai prochainement de classer les ouvrages selon qu’ils sont:

  1. des témoignages de quelques maîtres, oeuvres uniques ayant la portée d’un manifeste (je revendique la subjectivité de cette classification)
  2. des témoignages d’enseignants, souvent disciples des auteurs de la première catégorie
  3. des ouvrages collectifs, à tendance généraliste ou pluridisciplinaire, qui tentent de dresser des cartes de système
  4. des ouvrages traitant de spécificités dans l’improvisation théâtrale
  5. des ouvrages appartenant traditionnellement à la littérature théâtrale, destinée aux comédiens, mais dont les improvisateurs pourront s’inspirer
  6. des ouvrages aux thématiques larges: philosophie, esthétique, communication.

Begin anywhere (commencez où vous voulez)

Tous les points de vue sont intéressants à étudier, tant l’art de l’improvisation théâtrale paraît complexe. Vous trouverez parfois des oeuvres qui viendront contredire certaines lectures antérieures. Tant mieux! Les conceptions esthétiques et pédagogiques de l’impro sont multiples, et reflètent la richesse du vivier de comédiens-improvisateur.

Posted in écoles d'impro, théorie | Tagué: , , , , , , , , , , | 11 Comments »

Voyage autour de l’impro

Posted by Aurélie Delahaye sur 8 avril 2008

[eng]

Our first blog post! Let’s look at what other improv groups are doing!

[fra]

Je baptise donc ce blog, qui se veut être plein de choses, et avant tout un partage sur l’improvisation, mais on vous en dira plus par la suite.

Je suis en ce moment à Chicago, pour découvrir le monde de l’impro outre-atlantique. C’est incroyable l’énergie improvisationnelle qui y règne, et je crois qu’on aurait tout intérêt, improvisateurs francophones, à se tourner un peu vers ce qui se passe ailleurs. Il y a tellement de théorie ici, née surtout de Viola Spolin et Del Close, mais aussi de Keith Johnstone, qu’on perçoit dans quelques classes ou spectacles. Et puis ce qui est impressionnant, c’est la manière dont les gens se sont approprié tout ça. Ils jouent les formats existants, comme le Harold par exemple, mais ils en créent aussi beaucoup. Par exemple, à iO (anciennement Improv Olympics, mais ils ont été traduit en justice par le comité olympique), chaque groupe qu’on peut voir sur scène s’essaie à de nouveaux formats, qu’il crée lui-même. Parfois ça rate, et j’ai vu des mauvais spectacles, mais parfois c’est extraordinaire. Je vous recommande TJ and Dave si vous venez par ici: ils sont deux, et ils improvisent à partir de leur posture physique, et de ce qui émerge de la scène, ils ne prennent pas de suggestion du public: « Trust us, it’s all improv ». Ils arrivent sur scène en se souriant et en riant. Ensuite commence une longue improvisation d’une heure, au cours de laquelle on les voit endosser plusieurs personnages et changer de décors, et on s’en délecte vraiment. Ils sont très physiques, bien qu’ils parlent beaucoup, leur histoire est construite, et ce sont d’incroyables comédiens!

Ce qu’il y a de plus magique ici, c’est l’engagement des improvisateurs. Pas tous, bien sûr, mais la plupart. Même ceux qui ne font pas de grandes choses, j’ai remarqué qu’ils les font à fond, ils sont « commited to the scene », et ça se voit! En tant que public, on leur pardonne beaucoup plus leurs erreurs, et même on les apprécie.

Avec ce qu’il existe à travers le monde en terme d’improvisation, je pense qu’on a beaucoup à regarder autour de nous!

Posted in écoles d'impro | Tagué: , , , , , | 2 Comments »